Saison 2017 : 6ème billet, du 29 juin au 15 juillet 2017, Lesbos et retour à Porto Rafti par Psara

Du 29 juin au 8 juillet 2017 : Lesbos

Peu après 9h, le jeudi 29 juin, nous quittons Parapanta au Nord de Khios pour rejoindre Lesbos.

Lesbos est une des grandes îles de la mer Egée, très proche de la Turquie. Elle a la forme d’un triangle, pointe au Nord Est. Sa longue côte sud est découpée par deux grands golfes, celui de Kalloni qui s’ouvre au milieu de la côte Sud et celui de Yéras (ou Géras) un peu moins profond, qui s’ouvre à l’angle Sud Est de l’île.

Nous naviguons plein Nord au moteur, par mer très calme, et visons une baie de la côte Sud, Mersinia, où nous arrivons vers 14h.

C’est une baie qui propose deux grandes anses, nous choisissons celle de gauche...l’autre est très belle également avec sa chapelle blanche.

Nous en partons le lendemain pour aller à la découverte du Golfe de Yeras.

L’entrée et le chenal sont semés de quelques embûches, hauts fonds et îlots, mais ils sont parfaitement indiqués sur les cartes et les plans. Passé l’îlot Kaloyeros, aisément identifiable par sa balise de pierres, il suffit de longer la rive droite du chenal en suivant les sondes supérieures à 10 mètres et de laisser à bâbord les îlots Vromonisi puis Ay Vasilios (Square Rock chez Heikell). Bien sûr par très grand vent il faut quand même se méfier des courants ! Pour autant, rien à voir avec la vigilance requise pour la navigation antillaise entre les récifs de coraux !

Vendredi 30 juin, en milieu d’après-midi nous mouillons dans l’anse de Skala Loutra. Au fond de la baie, un petit port de pêche, un chantier de réparation, un quai pour les bateaux de passage, une taverne, un très beau bâtiment avec cheminée dont on ne sait pas encore ce qu’il est, et, niché dans la colline, le village tout blanc de Loutra.
Arrivée à Skala Loutra
DSCN3588.JPG

Le soir même nous testons la taverne, l’accueil est sympathique mais la nourriture très médiocre.

Nous apprenons que le beau bâtiment avec cheminée est en fait une ancienne huilerie, restaurée et transformée en établissement de type hôtelier. Une équipe est d’ailleurs en train de monter estrade et sonorisation pour une fête de mariage qui aura lieu samedi soir. Nous constatons, étonnés, qu’une partie du toit de la bâtisse, sous la cheminée, est complètement effondrée. L’incident est très récent. Il y a eu un tremblement de terre, relativement puissant, au large de Lesbos, au début du mois de juin. L’épicentre était en mer à 10 miles au large de Plomari mais la secousse a fait quelques dégats sur l’île et notamment fait tomber le haut de la cheminée sur le toit de notre bâtiment...
DSCN3607.JPG

Pour tous les détails je vous renvoie sur le site du «Petit monde de Troll»...il a vécu l’événement en direct !

Tout ça pour nous rappeler que la mer Egée est une zone volcanique et sismique toujours active !

Le lendemain, nous partons de bonne heure vers le village de Loutra pour refaire le plein de vivres. Une petite demi-heure de marche au milieu des oliveraies. Pas un souffle, il fait vraiment chaud. Au village, nous trouvons tout ce qu’il nous faut et redescendons au port une bouteille d’eau glacée dans une main le sac de courses dans l’autre !
Skala Loutra depuis l'église tout en haut du village
DSCN3589.JPG

Nous trouvons quand même le courage de monter jusqu’à la chapelle qui surplombe le chantier, histoire de faire quelques photos. Jean Claude y oublie son chapeau, mais nous le retrouverons, soigneusement attaché à la corde de la cloche de la chapelle, la semaine suivante !
Skala Loutra depuis la chapelle
DSCN3591.JPG

Après le déjeuner nous quittons Skala Loutra, remontons le Golfe de Yéras jusqu’à l’îlot Saint Nicholas puis faisons demi-tour pour aller mouiller à l’entrée du Golfe, dans l’anse de Kavourolimi, loin des festivités bruyantes du mariage annoncé.

Nous y restons jusqu’au lundi 3 juillet.

Les nouvelles de la maison ne sont pas très bonnes...pas alarmantes non plus, préoccupantes...

Lundi 3 juillet 2017, nous levons l’ancre pour Mytilène, la capitale de Lesbos. C’est un grand port commercial, en demi-cercle, protégé par de grandes jetées et brises-lames. Dans sa partie Sud, s’ouvre la marina. C’est une marina moderne, du groupe turc Setur, avec pontons, catways et pendilles (comme il n’y en a très peu en Grèce !). Bien sûr avec eau, électricité, bloc sanitaire avec machine à laver en accès gratuit, aussi bien chez les femmes que chez les hommes. Un accueil pro (même si les marins sont un peu gauches et ne savent pas faire un noeud à un taquet !). Si vous avez besoin de gazole, d’un taxi, d’une voiture etc. la secrétaire s’occupe de tout...La marina est gardée jour et nuit, l’accès aux pontons est sécurisé.

Pour notre 12 mètres, le tarif est de 21 euros la nuit (plus les consommables eau et électricité). Si vous êtes membres de certaines associations (pour nous STW) vous pouvez bénéficier de 10% de remise. Excellent rapport qualité/prix !

Nous profitons aussi bien de la machine à laver que de la promenade en ville et retenons une voiture pour le lendemain matin afin de visiter l’île par la terre.

Un vent assez fort, 5 à 6 Beaufort, est annoncé pour la nuit et les jours suivants. Ça y est, le meltem fait son entrée !

Le lendemain matin, le vent est là, la voiture aussi !

L’île est montagneuse, très cultivée, de belles oliveraies bien entretenues sur une grande partie du territoire. Les habitants de Lesbos ont maintenu la tradition et sont passées à l’huile d’olive A.O.C. bio...elle est excellente.

En revanche, l’extrémité Ouest de l’île dans le secteur de Sigri est complètement desséchée et caillouteuse, nous sommes au pays de la forêt pétrifiée...un phénomène géologique rare de fossilisation des arbres en place. En haut du village de Sigri, le musée, moderne, très bien fait, donne aussi accès à un parc d’arbres pétrifiés. Nous n’avons pas pu visiter les deux autres sites remarquables : le plus grand où l’on peut marcher dans une véritable forêt pétrifiée, était fermé, l’autre situé sur une petite île était inaccessible pour cause de grand vent...il nous faudra revenir une autre année, par temps calme, dans ce site si particulier.
Le site de Sigri depuis le parc du musée
DSCN3601.JPG

Dans notre traversée de Lesbos, d’Est en Ouest, nous nous sommes arrêtés dans la petite ville de Kalloni qui est pratiquement au centre de l’île ainsi que dans les jolis villages de Paraskevi et d’Agiasso. Nous y avons fait de bons achats : miel de châtaignier, fromage, huile d’olive, œufs de ferme, petites poires...que des choses qui se mangent !

J’ai failli oublier de vous signaler que Lesbos est aussi l’île de l’Ouzo !

Au retour, arrêt au super marché à Mytilène, afin de profiter du coffre de la voiture pour trimballer les grosses courses...



Une fois les vivres rangés, je m’allonge, je suis claquée...mon capitaine va me cuisiner une bonne assiettée de spaghetti à la tomate pour me requinquer !

Mercredi 5 juillet, le vent souffle à 20-25 nœuds, rafales à 30.

Jean-Claude prépare soigneusement sa manœuvre de déhalage car nous devons sortir en marche arrière, contre le vent. Un marin vient nous aider à larguer les amarres avant au quai et nous sortons de la panne sans problème, il est 10h30.

Nous naviguons à la voile jusqu’à l’entrée du Golfe de Yéras.

C’est là, en mer, que nous apprenons que deux de nos petits enfants, Diane et Elouan, sont bacheliers ! Les grands-parents ne sont pas peu fiers !

Nous remontons le chenal au moteur jusqu’à Skala Loutra. Le vent y souffle fort mais l’abri est sûr. Avec 40 mètres de chaîne doublée d’ une bonne longueur de câblot...rien ne bouge !

Nous restons à Skala Loutra jusqu’au samedi 8 juillet où le vent doit se calmer suffisamment pour nous permettre de retraverser la mer Egée vers le Sud-Ouest.

Du samedi 8 au dimanche 10 juillet 2017 : Lesbos - Psara - Evia

Comme prévu, le vent se calme juste assez pour que nous puissions entamer notre retour confortablement vers Evia (ou Eubée).

Le samedi 8 juillet, à 7h30 nous quittons Skala Loutra et visons l’île de Psara.

Un vent modéré (15-20 nœuds) de Nord doit nous y pousser gentiment.

Le vent est au rendez-vous jusqu’à la verticale de Plomari (la capitale de l’Ouzo!) puis il s’arrête pendant quelques miles et se relance, un peu plus fort, pour la dernière partie de la journée. Nous déboulons bon train à 7 nœuds de moyenne sur la pointe Sud Est de Psara.

C’est une toute petite île à 12 miles au Nord-Ouest de Khios, un caillou dénudé et sauvage, ébouriffé par le vent, dont l’anse Sud abrite un petit port, un village fortifié, et de belles plages le long desquelles il est possible de mouiller à l’abri des vagues générées par le vent du Nord.

Nous mouillons dans une des criques près du port, il est 16h45. La beauté sauvage du lieu nous saisit !
Psara
DSCN3612.JPG

Le lendemain matin, nous levons l’ancre à 7h. Nous faisons un tour au moteur pour voir l’intérieur du port, la place à quai pour les bateaux de passage est très restreinte... Puis dans le mouillage sauvage d’Antipsara (la petite île dans l’Ouest de Psara!) : magnifique ! Ça nous donne vraiment envie d’y revenir pour y séjourner un peu plus longtemps.

Nous entamons notre descente vers le Sud d’Evia.

Nous naviguons à bonne allure, les 65 miles sont avalés en 9 heures. Après avoir passé la pointe Sud Est d’Evia nous avons envie d’aller voir si l’anse Kastri offre un abri suffisant par ce vent. Elle s’ouvre dans la côte Sud d’Evia, juste au Nord de l’îlot Mandhili à quelques miles à l’Est de Karistos. Finalement, bien que le vent y souffle assez fort, le mouillage est correct et nous y passons la nuit.

Du lundi 10 au jeudi 13 juillet 2017

Nous explorons de nouveaux mouillages dans un endroit que nous commençons pourtant à bien connaître : Likourimas au Sud Ouest d’Evia et l’anse Sud Ouest de la baie de Karistos.
L'anse Sud Ouest de la baie de Karistos
DSCN3623.JPG

Mais nous retrouvons également avec plaisir, le quai de Karistos si facile pour faire les pleins (eau, gazole, vivres) et la belle anse Vassiliko au Sud de Mégalo (la grande île Petaloi).

Le vent souffle fort, de Nord, faiblit un peu la nuit et reprend de plus belle dans la matinée! C’est l’été en Grèce, le meltem est là !

Du vendredi 14 au samedi 15 juillet 2017

Vendredi après déjeuner, nous quittons Vassiliko pour une petite traversée de 12 miles jusqu’à Porto Rafti.

Nous y avons rendez-vous avec notre fille pour lui confier Doug Le.

Aujourd’hui, samedi, nous avons mis le bateau en ordre. Elle arrive tout à l’heure vers 23h30 et lundi 17, nous aurons repris l’avion pour Toulouse.

Petite fermeture du blog jusqu’à la mi-août.