SAISON 2019

Bonjour à toutes et à tous, mes fidèles lecteurs du blog !

Épisode 1 : du 30 avril au 6 mai 2019, de l’arrivée au chantier à la mise à l’eau.

Mardi 30 avril 2019

Nos parents vont bien, ils sont entourés et en sécurité ; nos enfants et petits enfants profitent des vacances de printemps ; la maison et le jardin sont en ordre ; les bagages sont bouclés...le taxi peut passer nous prendre !

12h15, nous embarquons dans la voiture, chargés à bloc : trois bagages en soute de 23 kilos, deux bagages cabine au maximum de poids (8 kilos) plus les petits sacs à dos pour les papiers et petits effets personnels ! Nous avions pris la peine de tout peser avant de partir. Bien nous en a pris car tout est à nouveau soigneusement pesé au comptoir d’embarquement à Toulouse.

15h, très ponctuel, notre avion décolle. A l’arrivée à Athènes le taxi nous attend. Au chantier, Dennis, le patron, est là pour nous accueillir. A 20h nous sommes à bord. Difficile de faire plus vite !

Doug Le n’a pas bronché de tout l’hiver !

Demain, la préparation du bateau nous attend !

Du mercredi 1er mai au dimanche 5 mai 2019 : travail au chantier.

Nous retrouvons nos marques.

Quel plaisir de prendre le petit déjeuner au soleil dans le cokpit, de bavarder avec Dennis et Rula, les patrons du chantier, de retrouver les copains, Alain, Nadine et Jean-Claude, Maurice pour échanger nouvelles et coups de main, boire un verre ou partager un repas à la taverne ! Plaisir aussi de retrouver les paysages, les odeurs et couleurs du printemps grec, la promenade en bord de mer pour rallier le village, le rouge vif des coquelicots, les sommets encore enneigés de l’île d’Evia (Eubée pour nous), le parfum sucré des orangers en fleurs, plaisir de déguster un plat de sardine ou d’anchois grillés arrosé d’un pichet de vin blanc, quelques gressins, des olives et un ouzo bien frais et puis de se laisser tenter par les fraises, les fèves fraîches et les petits-pois à tout petit prix ...

Depuis le chantier, les sommets enneigés de l'île d'Eubée

DSCN4208.JPG

Nous nous sentons bien ici !

Mais il est temps de se mettre au travail, car comme à son habitude mon capitaine ne restera pas très longtemps sur bers...la mise à l’eau est prévue le lundi 6 mai, à la première heure : nous n’avons pas le temps de rêvasser !

Donc nous nettoyons, grattons, ponçons, polishons, vernissons, graissons, passons de l’antifouling sur l’hélice et la coque, hissons les voiles, envoyons les nouveaux pavillons et montons la nouvelle annexe ! Ouf ! Dimanche soir tout est fait, même la confiture de fraises ! Le bateau est tout beau tout propre, prêt à naviguer, l’équipage un peu flapi !

J’ouvre une parenthèse car il faut quand même que je raconte l’épisode «nouvelle annexe» !

Vous qui êtes des lecteurs attentifs vous vous souvenez certainement que l’an dernier nous avions dû recoller moultes fois notre vieille annexe pour qu’elle arrive au bout de la saison ! Il fallait donc en changer !

Le choix est difficile car il nous faut trouver un bon compromis entre le poids (lorsqu’il s’agit de la remonter à bord) et la taille (Jean-Claude veut pouvoir partir chasser en toute sécurité) et en plus choisir un fournisseur qui expédie en Grèce à un prix raisonnable !

Du coup, pendant l’hiver, Jean-Claude écume les sites et les forums à la recherche de l’annexe idéale.

Un jour, nous pensons avoir trouvé !



Le site «Rue de la mer» travaille avec 3DTender qui annonce des devis de poids inférieur à 30 kilos, y compris pour leurs annexes en hypalon (un tissu plus résistant aux UV que le PVC habituel). L’équipage est séduit, l’équipière apprécie particulièrement les 10 kilos en moins ! Par ailleurs, cerise sur le gâteau, le site expédie en Grèce pour un prix presque dérisoire, une vingtaine d’euros pour les paquets jusqu’à 30 kilos ! Cela semble presque trop beau pour être vrai ! Du coup nous téléphonons pour nous assurer de la chose : réponse positive. Tout contents, nous passons notre commande, l’annexe plus quelques bricoles, à expédier au chantier !

Quelques jours après, coup de téléphone et coup de théâtre ! L’annexe ne pouvait pas être expédiée en Grèce à moins de 300 euros !

Nous scindons l’expédition en deux : l’annexe sera envoyée chez nous à Toulouse et le reste de la commande en Grèce. Évidemment cette annexe pèse bien plus lourd qu’annoncé, en fait elle fait exactement le même poids que les autres de même longueur : 38 kilos sans les accessoires ! En séparant les éléments nous arrivons à trouver une solution : nous expédions nous même la partie hypalon au chantier et transportons dans nos bagages le plancher, les longerons, le gonfleur et les rames ! Coût total du transport : 30 euros de bagage supplémentaire et 70 euros d’expédition par Chronopost : 100 euros versus 300 qui nous était initialement proposé !

Et nous qui pensions et désirions n’avoir rien à faire ! Dernier avatar de cette mini série «Rue de la mer» : le colis des autres équipements était bien arrivé au chantier. Il contenait, entre autres produits, deux bidons d’antifouling...je vous laisse imaginer la suite ! Rien n’était calé dans le carton ce qui fait que l’un des bidons s’était ouvert et complètement répandu ! Bravo Rue de la Mer : Publicité mensongère sur les caractéristiques du produit, sur le coût d’expédition et enfin emballage bâclé !
Etat du carton à l'arrivée ! DSCN4207.JPG

Je referme la parenthèse.

Lundi 6 mai 2019 : mise à l’eau et première escale

6h45, nous avons à peine terminé le petit-déjeuner que le chariot soulève notre bateau !

Il est temps d’aller passer l’antifouling sous les patins et sous la quille.

Doug Le, tout beau, tout propre avant la mise à l'eau
DSCN4211.JPG

A 8h08 exactement, la mise à l’eau est terminée, le moteur tourne comme une horloge et nous voguons vers Vouphalo, notre première étape lorsque nous partons vers le Sud du golfe.

Juste à ce moment, les acrobates aériens de la patrouille anglaise, les Red Arrows, nous saluent !


DSCN4215.JPG




DSCN4214.JPG

En réalité nous sommes un peu blasés car tous les ans à cette période, ils s’entraînent chaque matin dans le ciel du golfe d’Evia entre Kalkhis, Erétria et Oropos.

Un peu avant midi, mouillage terminé à Vouphalo, nous nous installons devant un ouzo bien frais !

Sans doute resterons-nous quelques jours à Vouphalo histoire de récupérer un peu. A terre, le début de l’année 2019 fut intense !