La transat retour : les choix stratégiques du capitaine

J'ai également demandé au capitaine d'expliciter ses choix stratégiques, c'est donc lui qui écrit ce billet.

A priori, le problème à résoudre est simple :

On part en bas à gauche de la carte et on arrive en haut à droite.

En bas le vent vient de droite (de l'Est) donc plutôt de face.

En haut il vient de gauche (de l'Ouest) donc portant.
Entre les deux l'anticyclone, zone sans vent.
En théorie, il faut donc remonter vers le Nord perpendiculaire au vent pour passer à l'arrière de l'anticyclone et tourner à droite plein Ouest quand on rencontre les vents favorables.
Plus on remonte, plus on est sûr de trouver des vents favorables, mais aussi plus on risque de se faire rattraper par une grosse dépression.
En pratique le problème se complique car l'anticyclone ne reste pas sagement à sa place. Il monte, il descend, s'élargit se contracte ou se fractionne pendant qu'on cherche à le contourner.
Alors chacun a ses recettes et donne ses conseils.
Voici quelques exemples de ceux que l'on m'a donnés :

  • Tu montes aux Bermudes, tu y fais escale et quand la météo va bien tu n'as plus qu'à aller tout droit aux Açores.
  • T'emmerdes pas, prends la route des convoyeurs, tu achètes plein de bidons et tu restes dans l'anticyclone aussi longtemps que tu peux, tu remontes sur Horta le plus tard possible.
  • Dès que l'alizé te le permets, tu suis l'orthodromie (l'arc de cercle sur la carte qui est en réalité le plus court chemin sur la sphère) sans te poser de questions, la différence de distance avec la route classique est telle que tu iras plus vite même en te traînant.
  • Tu montes vers le Nord jusqu'à ce que tu aies le vent qui te va, ensuite tu suis le baro : la pression monte tu tournes à gauche (vers le N) la pression baisse tu tournes à droite (Sud), comme ça tu gardes des vents constants.
  • Tu prends un routeur professionnel, il t'envoie tous les jours le cap à suivre en fonction de ses prévisions.
  • Il faut partir tôt en saison, l'anticyclone est plus bas.
  • Il faut partir plus tard en saison, l'alizé est plus faible et mieux orienté.
  • Il ne faut pas partir trop tard on risque de se faire rattraper par une dépression tropicale
  • Moi je ne partirai pas avec la météo qu'il y a (le gars de la capitainerie le jour du départ).

Tous ces conseils sont excellents, le problème c'est qu'on ne peut en choisir qu'un....

Je crois aussi que les paramètres qui ne sont pas assez pris en compte sont ceux qui concernent le bateau et l'équipage.

Quel objectif  prioritaire ? battre un record de vitesse, se faire des sensations sportives, prendre du bon temps, arriver sans avoir fatigué le matériel ni l'équipage ?

Quel bateau ? Coque légère qui surfe sur les vagues ou bateau lourd qui ne dépasse pas sa vitesse de carène ? Ultra voilé avec un petit réservoir ou l'inverse ? Prévu pour affronter du très gros temps ou pour naviguer agréablement l'été ?

Quel équipage ? Nombreux et aguerri ou couple de retraités ?

Influencés par les revues nautiques et les récits de course au large beaucoup font comme si les trajectoires des voiliers Open de la Volvo Race étaient la norme. Et je suis un peu stupéfait de voir des équipages familiaux sur des bateaux de grande série prévus pour aller de marinas en marinas remonter d'emblée au dessus du 35° N alors que l’anticyclone est sous le 30° et s'étonner ensuite de se faire méchamment malmener avec des avaries plus ou moins conséquentes à la clef.

Il faut bien voir que 40 à 50kts de vent entre Canet et St Cyprien à ras des bouées jaunes l'été à une heure de la douche chaude et du bar du port n'ont rien à voir avec les mêmes 40 kts de vent, mais au grand large avec les vagues qui vont avec quand il reste quinze jours (et nuits) avant de toucher terre.

Bref, ce qui est bon pour un bateau et son équipage ne l'est pas nécessairement pour les autres. Je me garderai bien de dire « voilà ce qu'il faut faire » et ce qui a bien marché pour nous dans la configuration météo que nous avons rencontré aurait été inadapté avec une autre configuration ou un bateau très différent.

Pour nous, les caractéristiques sont les suivantes :



Objectif : être bien, prendre du bon temps.

Bateau : lourd, ne dépasse pas sa vitesse de carène, donc contrairement aux voiliers de course inutile de chercher des vents très supérieurs à 20 kts ! Arrière étroit, peu à l'aise dans les grandes vagues de l'arrière. Inutile de songer aux grands surfs... Par contre un bon moteur, une énorme hélice tripale et un grand réservoir.

Équipage : On n'est que deux, même si on a un bon entraînement, on n'a plus 20 ans et il faut se ménager.

Communication : on a un Iridium avec kit data qui permet de recevoir les fichiers météo et un ami à terre qui peut surveiller sur internet l'évolution à 7 jours sur l'ensemble de l'atlantique nord pour prévenir si une dépression tropicale se forme afin que l'on puisse fuir plein sud suffisamment à l'avance.

Notre choix :
  • Attendre à Saint Martin que la météo annonce un infléchissement vers le sud des alizés qui passent alors de NE à E voire ESE. Ça permet de faire une remontée au bon plein sur une route proche de l'orthodromie jusqu'à l'anticyclone.
  • Couper l'anticyclone sur une route proche de l'orthodromie, inutile de rallonger la route de deux jours pour faire quelques heures de moteur en moins !
  • Rester ensuite aussi bas que possible en latitude tout en pouvant marcher à la voile. Mais sans trop zig-zaguer non plus, donc choisir une route la plus courte possible dans une fourchette 15 kts – 30 kts. (En dessous au portant les voiles portent mal dans la houle, au dessus ça devient inconfortable). Ce qui signifie aussi rester aussi proche que possible de l'anticyclone pour y replonger, au moteur si besoin, si on nous annonce un temps catastrophique à l'arrière.
  • En fonction des vagues et du vent s'écarter de la route prévue pour rechercher l'amure la plus confortable mais sur quelques heures seulement et revenir sur l'autre bord dès que ça s'améliore un peu. Cela fait faire plus d'empannages mais permet d'être moins inconfortable dans les moments les plus durs sans modifier la trajectoire globale.
  • Le jour « faire marcher » le bateau, la nuit se reposer donc systématiquement réduire la toile comme si le vent était un cran Beaufort plus élevé que prévu. C 'est en effet presque toujours la nuit qu'ont lieu les avaries : on ne voit pas venir les grains et si le vent monte, les décisions sont plus tardives et les manœuvres plus lentes. La vitesse affichée au GPS était le plus souvent autour de 6.5-7 kts le jour et de seulement 5à 6 kts la nuit.


Ceci en prenant tous les jours les données météo sous forme de fichiers « gribs » par le téléphone satellite Iridium. La réception Iridium a toujours été parfaite et les fichiers météo d'une précision époustouflante : rarement plus d'un nœud d'écart à 24h pour la vitesse du vent. On pouvait même décider l'heure du changement d'amure du lendemain : « après le thé il faudra qu'on empanne, le vent prendra 10° Nord vers 17h».




Le choix d'une route très nord, pour faire comme les pros de la course au large, aurait été stupide pour la période où on a traversé : on aurait rallongé la route sans gagner en vitesse. En prime fatigue stress et casse éventuelle : on voit arriver les équipages sur les pontons... et toutes leurs affaires mises à sécher ! Si l'anticyclone avait été très haut (centré sur les Açores), j'aurais utilisé mes 500l de gazole sans me poser de questions métaphysiques.



On aurait d'ailleurs pu faire un choix encore plus peinard, on avait assez de gazole pour ça : rester dans l'anticyclone le plus longtemps possible en navigant plein Est au moteur dans le calme plat et remonter sur Horta au dernier moment (C 'est le choix de beaucoup de pros du convoyage). Mais d'une part nous voulions visiter Florès (et on ne le regrette pas) et d'autre part nous gardons cette option pour quand nous serons plus vieux !

Commentaires

1. Le mardi 12 juin 2012, 17:10 par Marie-Noëlle

Topo très clair, j'ai tout compris et
J'ADORE LA CHUTE !!!
;-)

2. Le vendredi 15 juin 2012, 14:03 par Matthieu et Dominique

Bonjour à tous les trois ,
Bel exposé Capitaine ! La stratégie s'est avérée payante :vitesse et confort ont été au rendez vous .On retient de ce billet , l'humilité , la prévoyance , et cet excellent Bateau qu'est Doug Le même s'il danse le Sharki ...

Dominique Matthieu sur Moana

3. Le samedi 16 juin 2012, 09:06 par mapa

Bonjour vous deux,merci de nous faire découvrir Flores la bien nommée magnifique !

4. Le mardi 19 juin 2012, 22:31 par docteur quenottes

Merci pour votre carte,cela m'a beaucoup touché ..
Bonne continuation .