D’ESPALMADOR à ALMERIMAR du jeudi 21 au dimanche 24 Octobre 2010

Jeudi 21 octobre

11h45 : Départ d’Espalmador vers Carthagène. Il y a 120 miles jusqu’au cap Palos et un trentaine de miles ensuite pour rejoindre le port de Carthagène. La météo donne des vents favorables sur le trajet…favorables mais plutôt faibles. Nous partons donc pour une petite traversée tranquille au moteur (+ artimon, c’est mieux pour le confort).

15h20 : Nous remontons une bonite à dos rayée. Elle est mise sans plus tarder dans le citron, prête pour l’apéritif. On la mangera à l’apéro ce soir à Carthagène avec l’équipage du bateau ami.

Vendredi 22 octobre

Nous traversons le rail des cargos devant le cap Palos au petit matin (vive l’AIS pour cet exercice !) et profitons de la brise de terre pour mettre à la voile de Palos à Carthagène.

Arrivée Palos bon plein 10 noeuds

Devant Palos

Je ne connais pas du tout ce morceau d’Espagne. Découverte, découverte : la côte est splendide, encore sauvage par endroits.

La baie de Carthagène est immense, en chicanes successives. Le Real Club de Regatas Cartagena est tout au fond, enchâssé dans le port commercial. L’accueil y est, comme quasiment partout en Espagne, professionnel et gentil, le prix plutôt raisonnable, 28,32 euros.

Carthagène est un lieu de contrastes : des installations portuaires ultra modernes pour une activité industrielle et commerciale manifestement intense, des installations militaires tout autour de la baie, des vestiges romains en pleine restauration et des bâtiments hideux plus ou moins lépreux… Nous y arrivons à 12h30, il fait chaud et beau et en profitons pour faire la lessive…

Carthagène : bateau-lavoir


Un vrai bateau lavoir !

Samedi 23 octobre

Destination Almerimar. La distance est courte et Jean-Claude souhaite revoir les lieux où quarante ans avant il a passé des vacances, en camping sauvage, à une époque où il n’avait pas encore de bateau.


La palmeraie...sauvage d'autrefois!


La palmeraie...




Nous retrouvons tous les lieux…très urbanisés ou bien recouverts de polyéthylène sur des kilomètres carrés (les serres du sud de l’Espagne : celles qui nous fournissent fraises et tomates tout au long de l’année). Il reste malgré tout des falaises splendides et sauvages et des mouillages déserts, tout du moins en cette saison !

23h30 : la mer est calme, vent nul, le capitaine change de direction et se dirige vers une petite crique repérée grâce au suivi sur l’ordinateur d’un bateau de plaisance équipé d’un émetteur AIS.

Dimanche 24 octobre

1h30 : Mouillage dans la cala San Pedro

8h30 : au réveil découverte de ces falaises sauvages et départ vers Almerimar



Lever du soleil et coucher de lune dans la Cala San pedro





Cala San Pedro


11h35 : Passage du Cabo de Gata à 6,2 au moteur. Superbe ! On nous avait dit qu’il pouvait être rude. Dans ce sens là et par tout petit temps : un régal pour les yeux !

Le Cabo de Gata


Cabo de Gata





14h20 : le vent se lève, dans le nez. Nous tirons des bords dans la baie d’Almeria.

17h30 : Arrivée au quai des escales de la marina d’Almerimar. La capitainerie dite Torre de Control est juste là, jolie comme tout. La marina est grande et moderne. L’accueil est à nouveau charmant, un peu plus lent peut-être, avec quelques « momento » et « momentito » très sud de l’Espagne. Quant au prix… entre 7 et 15 euros selon que vous prenez en plus de la place de port le WIFI et l’électricité. Une étape calme et sereine à recommander !



arrivée Almérimar









Almerimar quai d'accueil










Lundi 25 octobre

Départ prévu pour Gibraltar vers midi.